Fiches de lecture

La femme et son plaisir, Gilbert Tordjman

AUTEUR : Dr Gilbert Tordjman

Médecin gynécologue, sexologue, président fondateur de l’Association Mondiale de Sexologie, secrétaire de la Société Française de Sexologie Clinique, le Dr Tordjman est l’un des sexologues qui ont fondé et mis en lumière cette discipline en France.

Adepte d’une médecine sexologique novatrice pour l’époque, il multiplie dans les années 70 les livres à succès sur le couple et l’entente sexuelle. Il promeut également l’éducation sexuelle des adolescents – notamment avec l’Encyclopédie de la Vie Sexuelle – et l’utilisation de l’hypnose en sexologie. Il devient médiatiquement incontournable pour la sexologie en France dans les années 70-80.

Mais en 2002, les premières plaintes pour abus sexuel remontent de plusieurs de ses anciennes patientes, et il est mis en examen pour viol. En 2003, il est incarcéré pour n’avoir pas respecté l’interdiction d’exercer la médecine qui pèse sur lui. Il mourra en 2009, juste avant son procès.

PLAN DE L’OUVRAGE

I – Les âges de la sexualité
II – Les fondements de la sexologie moderne
III – Vaginisme, dyspareunie et non-consommation du mariage
IV – La problématique du désir sexuel chez la femme
V – La sècheresse vaginale
VI – Les dysfonctions de l’orgasme chez la femme
VII – La femme et son plaisir

RÉSUMÉ

Ce livre est une sorte d’état des lieux qui synthétise les connaissances apportées par la sexologie pour identifier, comprendre et traiter les troubles sexuels chez la femme.

La première partie, consacrée à une rapide histoire de la sexualité féminine, met en évidence la révolution culturelle en cours : les années 70 ont remis en cause de l’ordre fondé sur la famille et la société. Désormais, la nouvelle doctrine valorise l’individu et la réalisation de soi.

Cela ouvre des perspectives nouvelles pour la sexualité des femmes : loin de l’idée d’un devoir conjugal centré sur les désirs des hommes, elles revendiquent leur propre plaisir, dans le couple et en dehors. Mais cette possibilité nouvellement conquise a pris des allures d’injonction, et dans les années 80, il est désormais suspect de ne pas jouir sans entraves !

Ce discours normatif sur le plaisir va contribuer à créer des blocages – mais aussi peut-être rendre possible leur expression et la consultation d’un sexologue.

Deux chapitres rappellent les grandes lignes de la physiologie sexuelle féminine (il est à noter que la représentation du clitoris ne correspond pas aux standards actuels, notamment les piliers qui entourent le vagin sont absents), et mettent en parallèle les réponses sexuelles féminines et masculines.

Les trois parties suivantes proposent une classification des troubles sexuels féminins, puis explorent méthodiquement les différents types de troubles.

Pour chacun de ces troubles, l’auteur passe en revue de façon méthodique : le tableau clinique, les définitions (parfois problématiques), les grands enjeux, les causes possibles – organiques, psychologiques, relationnelles, psychosociales… et les pistes de traitement.

Vaginisme, dyspareunie et non-consommation de mariage

Dans la lignée de Masters & Johnson, l’auteur rejette une vision trop manichéenne psychologique/organique et insiste souvent sur la nécessité d’interroger la santé relationnelle du couple pour bien comprendre ces difficultés – citant régulièrement la notion de « maladie conjugale » qu’il a développée dans un autre livre.

Belle au bois dormant, Brunehilde la guerrière, Reine des abeilles, des portraits de femmes permettent d’explorer des notions comme la peur de la sexualité ou le tabou de la virginité.

Pour le vaginisme, certaines causes organiques (infection, insuffisance hormonale, …) sont plus longuement exposées, mais les composantes psychiques comme le dégoût de la sexualité, l’agressivité contre le partenaire, et bien sûr la peur, restent centrales.

Les traitements proposés comprennent une psychothérapie, une désensibilisation (hypnotique) aux représentations et images violentes associées au sexe, mais également l’utilisation de dilatateurs et la prescription de rapports sexuels dirigés par la femme.

Les troubles du désir sexuel

Après une dissertation sur la difficulté de définir le désir, l’auteur expose différents types de troubles du désir, depuis les désirs déphasés ou à éclipse, jusqu’à l’aversion sexuelle. Il insiste sur le côté plurifactoriel des IDS, et propose un traitement mêlant une thérapie de couple pour rétablir la communication, une sexothérapie (essentiellement sensate focus) et une thérapie individuelle pour permettre à la patiente de réintégrer son corps et ses désirs.

Les troubles de l’orgasme

Là encore, le chapitre évoque à la fois les causes psychiques (comme l’angoisse, le besoin de contrôle ou la difficulté à accéder à un état modifié de conscience), les causes comportementales ou certaines causes organiques.

Dans les traitements, l’accent est mis sur les thérapies corporelles : de la relaxation aux exercices d’éveil sensoriel ou de masturbation dirigée, mais aussi exercices de Kegel. Tout cela accompagné tout de même d’une psychothérapie de soutien pour la femme et pour le couple.

Enfin, le dernier chapitre propose une ouverture vers de nombreuses pistes de réflexion plus larges : les ambivalences de la femme vis à vis d’elle-même, des hommes, de l’amour passion, celles de notre société postmoderne vis à vis de la perte de contrôle… ces petites vignettes finales, si elles semblent un peu rapides et caricaturales, ouvrent tout de même chacune un champ de réflexion qui mériterait d’être poussé.

CRITIQUE

Si certaines façons de voir, ou d’écrire, sont clairement datées et demandent à être remises dans le contexte de l’époque, d’autres au contraire revêtent un intérêt nouveau à la lueur de 2021. J’ai tenté d’éclairer cette lecture au fur et à mesure, cherchant après chaque chapitre à le mettre en parallèle avec des sources plus contemporaines.

Ainsi l’exploration 3D du clitoris a révolutionné la façon de penser la physiologie sexuelle féminine. Le chapitre qui lui est consacré, les arguments employés pour discuter des orgasmes clitoridiens et vaginaux, peuvent sembler datés aujourd’hui. J’ai passé rapidement, je trouverai des informations plus récentes ailleurs.

En revanche, la discussion autour du féminisme, de la critique de la place de la pénétration et la revendication de celle du clitoris dans le plaisir féminin, résonne fortement aujourd’hui, alors que les nouvelles vagues féministes revendiquent de nouveau la réappropriation du clitoris comme libération politique.

L’apport des gender studies me semblerait cependant à prendre en compte aujourd’hui pour nourrir et complexifier cette réflexion.

Les descriptions, tableaux cliniques et pistes thérapeutiques pour les grands types de troubles sexuels semblent avoir assez peu évolué depuis ce livre. Les sources complémentaires que j’ai trouvées, ainsi que le cours d’octobre, recoupent largement les informations de Tordjman. Ce livre apporte donc un vrai tour d’horizon des motifs de plainte sexuelle et des grandes pistes de traitements.

Je me suis demandé, lorsque l’auteur évoquait l’absence d’information sexuelles comme l’une des causes répandues de troubles sexuels, si c’était encore le cas à l’heure où le porno circule sur les téléphones des cours de récré (peut-être l’absence d’information à l’époque a été remplacée par une mauvaise information, qui fait dans doute autant de dégâts).

Cependant, cette question a été évoquée en cours : même avec ces changements, le volet « information » du travail de sexologue reste primordial pour permettre aux patients d’interroger des représentations problématiques.

La question des thérapies corporelles m’a beaucoup intéressé. Ce livre étant le premier que je lisais qui abordait ces techniques proprement sexologiques, j’ai été curieux de découvrir les différentes propositions thérapeutiques axées sur la ré-érotisation du corps et la réconciliation avec soi-même (sensate focus, masturbation guidée, …).

Cependant, connaissant le parcours de l’auteur, je dois avouer qu’un certain malaise m’a envahi pendant quelques chapitres. J’ai trouvé parfois envahissante la pensée que ces techniques et conseils pourtant adaptés, pouvaient changer totalement de perspective entre les mains d’une personne qui abuse de sa position d’autorité.

Certaines évocations de contre-transfert – qui chez quelqu’un d’autre pourraient être considérées comme une saine autoanalyse – m’ont également mis mal à l’aise pour les mêmes raisons… Sa tendance à abuser du transfert de ses patientes l’ayant mené à commettre des crimes sexuels, j’ai trouvé difficile de lire son analyse sans penser au contexte.

En conclusion, je crois que la réputation de l’auteur m’aura servi, en me permettant de garder une distance critique tout au long de cette lecture. Même si, au final, la majeure partie des informations sexologiques reste valide en 2021.

Vous pourriez également aimer...